Sciences et pseudosciences

Compte-rendu du café lesailesbleues du 23 février 2012

À partir de quand parle-t-on de science ? Il faut que d’une part, l’expérience soit reproductible et que l’on retrouve les mêmes résultats.

 

Larousse : « Ensemble cohérent de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d'objets ou de phénomènes obéissant à des lois et/ou vérifiés par les méthodes expérimentales ».

 

Beaucoup de découvertes scientifiques ont été faites grâce à d'hasardeuses pistes d’études. Certaines sont restées

de mauvaises pistes sans fondements :

Morpho-psychologie : Elle a été considérée comme une science pendant un temps. Les morpho-psychologues cherchent à déterminer la psychologie d’un individu en fonction de la morphologie du visage et/ou du corps. De nombreuses politiques racistes (Comment repérer un non-arien), de nombreuses actions de justice (avoir une tête de délinquant par exemple), se sont basées sur cette biométrie sans réalité. Malheureusement, de très nombreuses personnes au quotidien modifie leur comportement sur ces aspects physiques en présumant de tel caractère ou de telle propension au délit, à la violence... Triste.

Homéopathie : basée sur le mythe de la mémoire de l’eau d'un côté. En diluant un minuscule volume de liquide contenant une molécule dont l’effet réel n’a souvent jamais été démontré, dans un très gros volume d’eau, les autres molécules d’eau sont censés « se souvenir » de leur contact avec cette molécule active et avoir les mêmes propriétés. Il y a des développements très controversés actuellement qui remettent l'expression « mémoire de l'eau » sur l'avant de la scène, sur les liens entre les molécules d'eau et une capacité a retenir une onde électro-magnétique... L'autre postulat de l'homéopathie pourrait se dire ainsi, guérir le mal par le mal. Un exemple, une crème à base de venin de guêpe contre les piqures de guêpes. Toujours extrêmement dilué cela va de soi. On ne touche pas à la rentabilité de la croyance.


Dessein intelligent : Pour les créationistes, les espèces vivantes ne sont pas issues de l’évolution biologique mais engendrées par une intervention supernaturelle. La terre est née il y a 6 000 ans. Malheureusement, cette approche en total déni avec la montagne hymalayesque de preuves contraires est enseignée dans certaines écoles états-uniennes. Elle est même parfois présentée comme une science par ses promoteurs.

Astrologie : établir un lien entre la position des objets célestes et la personnalité individuelle des êtres humains. Encore une fois, aucune étude réelle et objective n’a jamais été faite sur le lien physique, biologique ou chimique entre les êtres humains et les objets célestes. Et la position des constellations dans nos cieux n'a pas été révisée par les astrologues, leur cartes sont donc de plus en plus fausses. Sont-ils à ça près me direz-vous...

Orgonomique : Ils prétendent mettre en évidence, étudier et recueillir le fluide vital universel, nommé orgone, qui confirmerait les doctrines vitalistes et permettrait de soigner l'impuissance sexuelle et le cancer. De même que l’âme, gaïa et autres esprit du vivant : aucune piste de trace n’a été trouvée. La vie perçue comme un phénomène émergent serait une approche plus juste mais sans preuve non plus, pour l’instant.

Psychanalyse : Très controversée et médicalisée de surcroît : elle est considérée comme une pseudo-science par de nombreux ouvrages collectifs et comme une réelle avancée pour les troubles mentaux par d’autres. Il n'y a pas de consensus sur le sujet. Son cas est encore à l’étude. Il évidemment troublant que les symptômes soient établis par vote à main levé, ce qui lui vaut sa présence ici pour nous.


Graphologie : cette discipline s'efforce empiriquement d'établir une classification des écritures et d'en systématiser les indices dans une typologie qui renvoie à une classification des personnalités et des défauts. On est dans une branche de la psycho-morphologie : sans fondements, c’est à dire sans étude réelle du lien entre la lettre et le caractère présupposé. Les graphologues passent à coté du stylo qui marche mal, de la tendinite passagère, de l’envie de ne pas être lu, du plaisir d'être un médecin illisible qui s'ignore, bref ils passent à coté d’être une science exacte et sérieuse.

Cryptozoologie : Cherche à étudier des animaux mystérieux dont l'existence peut être controversée ou très rare (Le calmar géant, mais aussi, le Sasquatch, le Yéti et autre Gigantopithèque). Il existe une grande quantité d’êtres à trouver : la soif d’aventure est inextinguible !

Ufologie : De par la critique de son interprétation des données sur le phénomène Ovni, l’ufologie est généralement considérée comme une pseudo-science dans les milieux scientifiques. À ne pas confondre avec l’Exo-biologie qui elle, traite des formes de vie possibles dans les différents milieux extrêmes et/ou autres que terrestre. L'exo-biologie est bien une science et c'est passionant !

Astroarchéologie : Tentative de s'appuyer sur les méthodes de l'archéologie, discipline scientifique, pour valider des recherches en ufologie. Les pseudo-sciences aiment souvent vous parler de ce qui ne peut pas être étudié.

Naturopathie : Certains aspects sont cependant acceptés par une partie du corps médical, notamment ceux qui se rapprochent le plus de la phytothérapie (soins par les plantes, ...), avec des réserves. C’est un travers occidental de s’être trop éloigné des ressources naturelles à travers nos médicaments hors de prix. La naturopathie peut retrouver certains procédés actifs dans la nature. Un manque d’étude et de procédés à relier avec les médecines traditionnelles lui porte préjudice. L'épigénétique pourrait bien donner un bel essort à la naturopathie en transformant notre monde malade de trop se médicamenter en médecine douce et préventive. La médecine n'étant pas une science mais un ensemble de pratique empirique... on ne parle toujours pas de science même si la médecine l'intègre. (c'est la biologie la science fondamentale pour la médecine)


Alchimie : Comme Démocrites, les alchimistes ont compris que les éléments avaient des bases communes et ont cherché à créer des transmutations. Du plomb en or pour la plus célèbre. De la viande en eau pour Merlin de Kaamelott. La physique et la chimie des éléments étant beaucoup plus complexes : L’alchimie a échoué à devenir une science mais a donné quelques bases à la chimie et un univers riche pour les fictions et les univers fantastiques.

Céréologie : Étudie la formation de motifs géométriques dans les champs. Les crop circles sont l'œuvre de deux anglais qui voulaient tester la crédulité de leur contemporain (comme le monstre du Loch Ness d'ailleurs) : le test a marché au delà de leur attente, même après leurs aveux, certains y croient encore ! (Se rapprocher de la drôlissime histoire des UMOs pour se marrer un bon coup aussi)

Parapsychologie : Étudie rationnellement les phénomènes étranges liés à l'esprit humain. Ils cherchent à prouver l’existence du Psi, responsable de phénomènes comme le somnanbulisme, l’extralucidité, la pré-cognition, la télépathie. (et une meilleure aptitude à l'envolée des crêpes je crois aussi ... ^^)

Religion : Certains religieux avancent parfois des chiffres. L’idée pour eux est de se baser sur des faits scientifiques pour justifier Dieu, les croyances, les dominations (hommen / femmes par exemple), etc... Tant que le lien physique, biologique n’est pas avéré entre nous et un Dieu que l’on ne peut de toute façon pas étudier : nous n’avons pas d’étude dite scientifique en religion.

Un point un peu plus complexe est apparu en cours de discussion : quelle est la différence entre psychanalyste et psychologue :

Psychiatrie : traite des troubles médicaux, traitement pharmaceutique.

Psychanalyse : le psychanalyste a une formation de médecin, il a le droit de prescrire des médicaments.

Psychologie : À une formation hors du circuit médical. La psychologie est plus perçue comme une science vivante de l’être et des corps sociaux. Elle traite des dysfonctionnements émotionnels, organisationnels, culturels. Les outils sont encore très empiriques et statistiques.


Un dernier point :

L’absence de lien avéré entre deux objets mis en confrontation est souvent une marque des non-sciences. En physique, nous pourrions être tenté de rejeter son caractère scientifique au constat que la gravité est une force non étudiée. On ne connaît pas sa substance. Apparemment aucune particule ne la porte contrairement aux autres forces fondamentales (électro-magnétique, nucléaire forte et faible). Pour quelques physiciens, ce ne serait même pas une force mais un phénomène émergent. Cela ne fait pas de la physique une pseudo science pour autant.

Nous avons quand même une approche scientifique car la gravité est ressentie chaque jour. Elle est mesurable. Elle est à prendre en compte dans des théories dont les prédictions se vérifient sans erreur régulièrement. Simplement : on ne sait pas tout.

Les pseudo-sciences ont probablement vu le jour par le besoin de certains individus d’obtenir des réponses aux questions de la vie, surtout quand la science n’en dit qu’une chose : on ne sait pas encore.

Accepter de ne pas savoir est souvent un pas important contre sa crédulité.


Écrire commentaire

Commentaires : 0